• Performance
    • Concert
    • Troglodyte

27.10.2024

Troglodyte

ASP Doze (be) + Francesca Saraullo (be/it)

» tickets

Horaires

Su 17.10 · 15:00

tickets: 10/13€ · ouverture des portes 1h avant le début du spectacle · 
doors open 1 hour before show start time · accessible aux articles27 · 
les préventes se clôturent la veille de l'événement à 17:00 · pre-sales close the day before the event at 5pm

Les Troglodytes répondent à l’envie de se lover dans sa grotte et à prendre soin de soi et des autres par les arts vivants dans une ambiance cosy. On vous donne rdv dès 15h pour une performance suivie d'un concert. Assis..e, couché..e, debout, par terre, sur des coussins ou des tapis, avec ton plaid et une tisane si tu en as envie. Les troglodytes sont assurément des moments tout doux pour se détendre à travers les arts vivants. Un événement co-programmé par Eve et Léa with love.

ASP Doze (be)

Duo électronique formé de Fioki (aussi membre d’Acte Bonté) et frère tuck, tout deux membres du collectif Rattus. 

On retrouve dans leur musique les traces d’une négociation. Entre les sons synthétiques, les samples poussiéreux et les voix transformées apparaît la silhouette d’une histoire qui peut basculer vers le bruitisme (ou la berceuse). S’organise alors une pyjama-party de yokai à laquelle vous êtes convié.es.
 

O. de Francesca Saraullo (be/it)

O. est un yonologue : un monologue à deux voix – une écrite et une dansée – qui inverse la hiérarchie « cerveau-bassin » pour donner la parole au corps pelvien. Le bassin s’y manifeste comme un moteur de mouvement et un générateur de parole, qui, en tant que lieu d’origine de la vie humaine, nous relie à toute forme de vie. Dans yonologue, le « M » de mono, moi, masculin, est remplacé par le « Y » de yoni, terme sacré sanskrit qui signifie « origine » et désigne l’ensemble des organes génitaux féminins. Le yonologue se distingue du monologue en réarticulant la distinction culturellement hiérarchisée entre bassin et cerveau, bas et haut, corps et esprit, son et parole, mouvement et langage, profane et sacré. La forme du monologue, traditionnellement centrée sur un seul sujet, le plus souvent humain et masculin, est reconsidérée pour donner voix à une féminité plurielle qui part d’expériences personnelles, singulières, et s’étend jusqu'à inclure toute vie – humaine de tous genres, animale, végétale, minérale.